Category: Belgique, Concerts, Découvertes

Après le groovy Ca Va Pa La Tête ?, Témé Tan – aka Tanguy Haesevoets le multi-instrumentiste et producteur bruxellois – nous dévoile un nouveau morceau : “Sè Zwa Zo”, et la vidéo qui va avec.

“J’ai été invité à fêter le nouvel an chez des amis aux îles Canaries la dernière semaine de décembre. Une très bon amie à moi avait réservé une villa pour toute la famille. Malheureusement, suite à de tristes circonstances, je me suis retrouvé seul, là-bas, la semaine entière..  On avait déjà produit le titre avec mon pote Noza, une sorte de likembe (un piano à pouces Congolais) avec une ligne de basse funk. Et comme je me suis retrouvé avec mon ordinateur et beaucoup de temps devant moi : j’ai développé le beat sur place. Chaque matin je me réveillais au chant des oiseaux.. c’est de là que vient le titre : « Ces oiseaux ». J’ai écrit sur cette part d’amour que l’on garde de quelqu’un après la fin d’une relation, cette part qui fera toujours partie de qui nous sommes. « Je te garderai en moi »… Une fois la chanson terminée, j’ai commencé à rêver face à l’horizon.. les couleurs étaient si belles… Je voulais trouver une façon de partager ce moment avec mes amis qui n’avaient pu être à mes côtés. Mon seul outil : ma webcam. C’est là que la vidéo a pris forme. Puis mon ordinateur s’est planté sur le sol, séquence que j’ai d’ailleurs gardée. L’écran était complètement brisé mais la camera fonctionnait toujours. Un beau mélange de chance et de malchance. »

D’origine congolaise, Tanguy a grandi entre Kinshasa et Bruxelles. Ses premiers souvenirs musicaux ? les rythmes de rumba de son oncle, les cassettes de zouk de ses cousins.. Un concert des Beastie Boys lors de son 18ème anniversaire Témé Tan lui donnera l’envie d’en faire sa carrière. Très vite Témé Tan se créera son propre son : un subtil mélange de grooves minimalistes, de beats entêtants et d’harmonies suaves.

De Jai Paul à MC Solaar, de Papa Wemba à Jorge Ben, ses inspirations sont multiples et cosmopolites. Du Congo, en passant par le Brésil, le Japon ou encore la Guinée, il distille ses influences au gré de ses périples et nous offre une musique personnelle et difficilement étiquetable.

A voir lors des Nuits Botaniques le 15 mai prochain !