CARNET DE BORD DU SZIGET FESTIVAL PAR CÉLINE !

J-5 AVANT LES SOLIDARITÉS 16 : RETOUR SUR UNE PROGRAMMATION EXCEPTIONNELLE !
2 janvier 2017
DOUR MON AMOUR, ÉDITION 2016 : RÉCAP’ !
2 janvier 2017

CARNET DE BORD DU SZIGET FESTIVAL PAR CÉLINE !

Saviez-vous que le Sziget avait été inventé d’abord pour remplacer les camps d’été? Maintenant c’est chose faite! Depuis 1993 le festival existe, s’améliorant d’une année à une autre.

Cette 24eme  édition a rassemblé pas moins de 102 nationalités, 1500  programmations avec des artistes venant de plus de 60 pays différents. Pas mal pour notre île de la liberté préférée qui fait dans la diversité et la liberté de penser, de vivre et qui permet d’organiser son propre programme au propre rythme de chacun.

Sur une journée type de 56 000 entrées, Sziget France nous a confirmé que ça incluait 10 000 francophones venant de France, Suisse, Belgique ou encore du Luxembourg.

Cette année l’Apéro Camping, le camping pour les francophones, a pu accueillir 2500 festivaliers. Celui-ci offrant des douches gratuites, une tente abritant des animations toute la journée, du wifi gratuit, un endroit où recharger son téléphone et bien sûr pleins d’infos en français afin de ne pas se sentir trop perdu. Mais un endroit qui accueille les français ne peut exister sans nos pains au chocolat et croissants favoris suivi de petits cafés serrés et de jus d’oranges pressées
En plus, vous pouviez même vous faire masser par des kinés français qui ne demandent qu’un petit don type bière ou vous faire coiffer et maquiller.

L’Apéro Camping n’est pas le seul camping un peu spécial existant, il y également le Siesta Camping pour les espagnols, l’Alternativa pour les italiens, le Bridge pour les anglais, le Family qui accueille des familles, un VIP sans oublier le Caravane pour ceux qui se déplacent avec leur maisons.

Le Sziget c’est aussi 76 hectares de festival, 8 000 ouvriers qui sont venus montés les scènes. Le matériel est arrivé via 1 000 camions pour les scènes et décors de toute l’île. S’ajoute à cela 30 camions pour les barrières hérasses.
Niveau toilettes, on ne peut pas dire qu’il en manquait : 2 000 toilettes y étaient disséminéés. Super mention à celles du VIP !

La sécurité était bien présente via les portiques détecteurs de métaux à l’entrée, les bracelets strictement personnels avec code-barre, 1 200 gardes sécurité et 100 policiers et pompiers. Sur place, il y avait également un mini hôpital pour les besoins de première aide avec 600 personnes de la Croix-Rouge.

Un vrai petit village avec sa pharmacie, son petit Aldi et une vie remplie de petite abeille pour tout à chacun.

Cette année a accueilli beaucoup d’artistes de rue francophones, dont les talentueux “Les Dudes” venus droit du Canada ou encore les français “Marcel et ses drôles de femmes”. Sziget France à réussi à décrocher des partenariats et collaborations avec plusieurs instituts français. Malgré ce qu’on pourrait croire, les participations financières des sponsors ne représentent qu’1% du budget du Sziget.

Leur budget, parlons-en : 20 000 millions ont été dépensés cette année. Ils ont dépensés 10 millions pour leur line-up et 10 millions pour l’organisation, les petites mains et la sécu.

D’ailleurs, le budget dépensé pour le nettoyage continu de l’île est le plus important de tous les festivals européens.

Le Sziget ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui sans la partie budgétaire injectée dans leur programme ultra culturel de leur concept, qui soit dit en passant est presque aussi important que le budget culturel prévu pour toute la Hongrie.

Ils nous permettent d’avoir des scènes telles que la World Stage, l’Europe Stage, la Volt Stage, du théâtre de rue, l’ Art Zone, le Magic Mirror, la Fidelio Classica, Opéra et Jazz stage.

Cette année étant particulière pour le Sziget selon l’actualité, l’île de la liberté d’expression entre autre, ne pouvait pas passer outre le sujet délicat de la crise migratoire. Afin d’en parler, ils ont mis en place une tente “sans frontières”. Expos, intervenants, victimes de la migration, ou encore workshops ont été créés en collaboration avec le musée migratoire de Paris et celui de Budapest.

Concernant d’autres chiffres, nous pouvons citer que 90% des pass vendus ont été achetés par des étrangers, et les pass de jour par les hongrois en ultra majorité.

Les festivaliers des Pays-Bas étaient les plus présents, suivi par les anglais ensuite les francophones.

Soulignons que nous avons eu un peu plus de 1000 personnes venues d’Australie cette année.

On se demandait par quel miracle “the Island of freedom” était toujours nickel avec une verdure au top. Nous avons trouvé la réponse à cela : en réalité, c’est l’organisation du Sziget qui paye l’entretien durant toute l’année et qui y a également installé l’eau courante et l’electricité. Dingue, non?
Du coup, de combien de temps ont-ils besoin pour tout remettre en ordre après le passage des presque 500 000 festivaliers cette année? Et combien dépensent-ils?
La réponse est 3 semaines et 320 000 euros!

Le Sziget, c’est un village à lui tout seul ! Le petit Monaco d’Hongrie !

Si vous voulez être booké, vous avez jusqu’à maximum mai-juin pour faire partie de ce festival qui mêle autant une line-up de exceptionnelle avec une culturalité énormissime.

See you next year !

X